Traitement au sel en aquarium eau douce

0
123

Traitement au sel en aquarium eau douce

Le sel augmente la pression osmotique de l’eau. Les organismes simples (bactéries, protozoaires) sont mal équipés face à cette variation et vont se déshydrater et ralentir, voire stopper leur développement.

Donc voici un remède de grand-mère utilisé comme antiseptique, le sel peut voler au secours de vos poissons d’eau douce.

Introduction

Qui n’a jamais entendu dire que lors de maladie, l’ajout de sel dans l’eau de l’aquarium aide les poissons à guérir ?

Ayant utilisé cette méthode à plusieurs reprise sans vraiment la connaître, j’ai fait quelques recherches dessus et vous les livres.

Principe de fonctionnement

L’ajout de sel dans une solution d’eau va augmenter sa pression osmotique et les organismes simples (bactéries, protozoaires) étant mal équipés face à cette variation vont se déshydrater et ralentir, voire stopper leur développement.

Selon la définition du Wikipedia :
« La pression osmotique, se définit comme la pression minimum qu’il faut exercer pour empêcher le passage d’un solvant d’une solution plus concentrée à une solution moins concentrée au travers d’une membrane semiperméable »

Pour faire simple et en guise d’exemple, prenons l’expérience réalisée avec un boyau animal rempli d’eau douce que l’on plonge dans de l’eau salée.

Le boyau va se vider de l’eau douce qu’il contient jusqu’à ce que la concentration en sel soit égale de part et d’autre de la membre qui constitue le boyau. C’est ce que l’on appelle le phénomène d’osmose.

Le phénomène est le même sur les organismes simples qui vont ainsi se déshydrater et mourrir puisque l’eau dans laquelle ils vont baigner sera plus salée que l’eau présente dans leur corps. C’est pourquoi le traîtement à base de sel peut être efficace contre certains parasites.

Ce phénomène s’applique également aux plantes : les racines des plantes possèdent de micro-poils (composés d’une fine membrane) qui leur permet de puiser les éléments minéraux et l’eau du sol, si le sol est trop riche en sel la plante se déshydrate et peut en mourrir.

On appelle ceci une brûlure des racines qui peut survenir lors d’un trop fort dosage en sels minéraux par l’apport d’engrais mais aussi par l’ajout de sel lors d’un traîtement. Il faut donc prendre une certaine précaution vis à vis des plantes lors de tels traîtements.

Quel sel utiliser ? Comment ? Pourquoi ?

On peut trouver dans le commerce des sels destinés aux traîtement aquariophile et le cas échéant utiliser du sel de cuisine à la seule condition qu’il ne contienne aucun additifs tels que de l’iode ou du fluor.

L’utilisation de ces sels peut se faire de deux façons suivant la maladie, par bain court ou prolongé que je détaillerai quelques paragraphes plus tard.

Certains poissons nottament ceux du genre Poecilia comme le molly (Poecilia sphenops) seront moins sujets aux maladies dans un milieu contenant une faible dose de sel.

Le sel est utilisé pour les maladies suivantes :

  • Chilodonellose : Parasite unicellulaire de la peau.
  • Costiose : Protozoaire. Ne supporte pas des températures élevées.
  • Diplozoonose : Parasite attaquant les branchies. Plus résistant que la Gyrodactylose.
  • Fungus : Mycose de la peau
  • Gyrodactylose : Vers attaquant principalement les branchies
  • Ichthyophthirius (les points blancs) : Parasite qui se développe en cas de stress.
  • Myxosomiose : Maladie du tournis
  • Oodinium : Parasite de la peau
  • Peste du discus
  • Saprolégniose & Achlya : Mycose
  • Trichodinose : Parasite externe.

ET contre une intoxication des poissons dûe à une montée de Nitrites ou d’amoniac et contre les Sangsues et les Hydres.

Les poissons sensibles

Tous les poissons à peau fine comme ceux appartenant au genre Botia.
Tous ceux qui vivent en eau particulièrement douce (Cichlidés américains, Loricariidae, Corydoras).

Les bains courts

Les bains courts sont très efficaces et rapides mais ils peuvent s’avérer hautement toxiques pour certaines espèces de poissons.

De plus ces changements brutaux de milieux s’avèrent très stressants et épuisants pour le poisson, c’est pourquoi cette pratique doit se faire sous une surveillance constante du poisson.

Il est conseillé d’élever la température du bain de 2°C supérieure à celle du bac communautaire.

En cas de comportement anormal (retournement, inclinaison), il faut immédiatement enlever le poisson de ce bain.

Le bain court se réalise dans un sceau ou tout autre récipient suffisament grand pour accueillir le (ou les) poisson.

On mettra une dose de 20 grammes par Litre d’eau et on équipera le récipient d’un bulleur pour aérer au maximum l’eau.

Enfin on attrapera le poisson à l’épuisette avant de le plonger dans le bain pour une durée maximale de 15 minutes. Au moindre signe inquiétant (nage de travers, retournement…), il faudra sortir le poisson du bain pour le relacher dans l’aquarium.

Les tentatives de saut hors de l’eau sont normales, il faudra donc prendre des précautions pour que l’animal ne puisse pas s’échapper.

Cette technique de guérison étant très stressante pour le poisson et agressive pour son mucus, la réintroduction dans le bac se fait progressivement par déssalaison du bain par goutte à goutte.

On peut ajouter dans le récipient des vitamines et des produits tels que Sera « Aqutan » ou « Morena » pour aider à la reconstitution de la muqueuse.

Selon le type d’infection, le bain de sel sera renouvelé à 2-3 jours d’intervales et pourra être utilisé en combinaison avec un traîtement global du bac avec d’autres médicaments. Reportez vous à la fiche de la maladie concernée pour plus d’information sur ce point.

On préfèrera ce type de bain pour des maladies parasitaires.

Les bains prolongés

Les bains prolongés peuvent s’effectuer en bac communautaire lorsque la plupart des poissons sont infectés mais il est préférable de les faire en aquarium de quarantaine nottament en présence de plantes et lorsque la plupart des habitants sont sains.

D’autres part, ces bains peuvent dérégler le cycle biologique de l’eau en détruisant la flore bactérienne, raison de plus pour éviter de traîter le bac en totalité.

Même s’il est déconseillé de pratiquer une salaison de l’eau du bac communautaire, celle-ci peut s’avérer salvatrice dans le cas d’une brusque montée de nitrites ou d’amoniac.

Dans ce cas bien précis, il faut procéder à un changement d’eau conséquent (30 à 50%) pour faire descendre le taux de pollution par dissolution puis ajouter 1g/L de sel dans l’aquarium. Ce traîtement doit être continu durant toute la durée du pic de nitrites.

Pour plus de détail sur l’action du sel lors d’une intoxication à l’amoniac ou aux nitrites, voir le reste de l’article.

Un tel traîtement généralisé peut aussi être appliqué en cas de maladie généralisée. On commencera par mettre une dose de 5g/L puis toutes les 12h on rajoutera 1g/L jusqu’à arriver à un maximum de 15g/L.

Dans les deux cas, on laissera agir le sel pendant 1 à 2 semaines puis on faira baisser sa concentration par des changements d’eau réguliers.

Le traîtement en bac de quarantaine est similaire à celui en bac communautaire. Il faut préparer un bac hopital contenant de l’eau avec une concentration de 5g/L de sel puis on ajoutera du sel jusqu’à arriver à 15g/L après introduction des poissons malades.

On procèdera ensuite à une dilution du sel par changement d’eau avant de réintroduire les occupants dans leur aquarium d’origine.

Ce type de bain est assez efficace sur les mycoses et les plaies.

Montée de Nitrites ou d’Amoniac

Les Nitrites entrent dans l’organisme du poisson par les vaisseaux conducteurs des branchies.

Hors ces dernières, chez les poissons d’eau douce, attirent également les ions Cl- pour reminéraliser leur organisme.

Le Cl- du sel entre donc en concurrence avec le NO2- et limite donc les effet des Nitrites sur le poisson.

L’amoniac quant à lui est éliminé par échange entre les NH4+ présents dans le corps et le NA+ en solution apporté par sel.

Le Sodium ayant plus de facilité à pénetrer dans l’organisme que l’amoniac, ce dernier n’entre plus.

Il est alors facile de comprendre que la pollution, même si elle ne touche plus autant le poisson, est toujours présente dans l’aquarium.

La solution apportéee par le sel n’est donc que temporaire et il faut trouver et combattre au plus vite la cause de cette pollution.

Le sel et les professionnels

Le sel n’est pas qu’un remède de grand mère, il est aussi utilisé par les pisciculteurs pour dissoudre la couche adhésive des oeufs de cyprinidés ou en bain anti-parasites exodermiques.

On peut par exemple lire sur le site de la Fédération du saumon atlantique que les jeunes saumons sont traîtés par bain court de sel lors de problèmes branchiaux ou lors de mycoses de peau à raison de 2 cuillères à soupe pour 4 litre pendant 2-3 minutes.

Ils conseillent également dans ces cas de maladie d’effectuer un nettoyage soigneux de l’aquarium.

les traitements à base de sel

Pour les traitements à base de sel, nous utiliserons du sel de mer ou sel de table non iodé. Il traite les parasites externes. Attention aux poissons-chats qui peuvent être affecté si la concentration est supérieure à 0,5 % et d’une duré trop prolongé.

Le dosage recommandé est :

  • 0,1 % soit 1 g/l d’eau : Utilisation à chaque changement d’eau comme moyen préventif (en bain continu).
  • 0,3 % soit 3 g/l d’eau : Aide à réduire les nitrites ou traitement d’appoint en cas de blessures (en bain continu).
  • 0,3 à 5 % soit 3 à 5 g/l d’eau : Aide à combattre les hydres (en bain continu de 5 à 7 jours).
  • 1 % soit 10 g/l d’eau : Traitement pour les poissons d’eau froide atteints d’ulcères (en bain continu, mais en addition graduelle).
  • 2 à 3 % soit 20 à 30 g/l d’eau : Élimine les sangsues fixées sur les poissons (en bain de courte durée de 15 à 30 minutes).

Conclusion

Le sel peut servir de médicament pour de nombreuses maladies extérieures provoquées par des parasites ou des mycoses.

Il est cependant à utiliser avec un grand soin car il provoque chez le poisson un grand stress et il abîme particulièrement la peau des animaux.

Un tel traîtement doit s’accompagner d’une grande attention post-traîtement portée aux soins des poissons avec nottament l’adjonction de vitamines et de produits qui aident à la réparation de la peau.

En cas d’erreurs dans l’article ou pour partager votre expérience, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

N’hésitez surtout pas à ajouter des détails pour enrichir l’article, nottament sur la partie poissons fragiles.

Traitement au sel en aquarium eau douce
noté 5 - 1 vote

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here