Discus d’élevage: quelques conseils pour se lancer

0
310

elevage poisson discus

Le discus est un poisson qui bénéficie d’un statut particulier. Il est très populaire pour un bon nombre d’aquariophiles et aussi un bon nombre de débutants, il alimente de nombreux débats tant sur sa maintenance, que sur sa reproduction, ou encore sur son prix.

Si vous continuez la lecture de cet article de AquaBlog, vous découvrirez quelques conseils aux débutants qui souhaitent se lancer avec les discus d’élevage

Le poisson discus

Le poisson discus

Le discus (Symphysodon) est un poisson d’eau douce appartenant à la famille des cichlidé.

Le poisson discus a une forme plate et comprimée latéralement. De plus, il est connu comme le roi de l’aquarium et peut être le plus beau de tous les poissons d’eau douce grâce à sa beauté et ses différentes couleurs.

Les discus nécessitent un niveau de soins plus élevé ,ils ont donc besoin d’excellentes conditions d’eau, de changements d’eau fréquents et de températures d’eau plus élevées (28°C) que la plupart des autres poissons.

Vous trouverez ci-dessous quelques conseils principalement dédiés à ces derniers.

Quelques pré-requis niveau matériel

La cuve principale

  • Une cuve de 120x40x50 est un strict minimum pour un maintien spécifique (sans autres espèces) en cuve nue.
  • Une cuve de 150x50x60 est à minima ce qu’il faut pour un maintien en cuve d’ensemble.

La cuve annexe

En plus de la cuve principale il est impératif d’avoir une cuve annexe pour les acclimatations et les éventuels traitements.

Une cuve de 50x50x50 est tout à fait adaptée à ces usages.

Le filtre

Pour ces gros pollueurs que sont les discus un filtre brassant 1 à 3x le volume horaire et bien chargé en masses filtrantes est impératif.

Comptez de l’ordre de 2 litres de masse filtrante par adulte à maintenir.

Le chauffage

Les discus sont thermophiles donc il faut chauffer l’eau.

S’orienter de préférence vers des modèles réputés fiables, endurant et pouvant monter jusqu’à +/-35°C en tout cas pour la cuve annexe.

En cuve fermée choisir une puissance de chauffe de 1W/litre d’eau, en cuve ouverte prévoir au moins 2W/l.

Préparer l’eau

Dans la mesure du possible s’aménager une zone de stockage d’eau correspondant à au moins un tiers du volume de la cuve principale.

Sans parler de sa dureté, avoir une eau propre et reposée en quantité suffisante est un impératif.

Nourriture

L’idéal quand on achète ses premiers discus est de s’arranger pour savoir ce qu’ils mangeaient avant et d’acquérir la même chose histoire de faciliter leur acclimatation et leur prise de nourriture.

Par la suite les possibilités pour les nourrir sont quasiment infinies entre le sec, le congelé et autres préparations maison.

Maintenant que tout est prêt manque plus que les poissons

Comment choisir ses discus

Avec quoi débuter

S’il est tentant de démarrer avec des petits discus notamment pour des raisons financières, il faut éviter à tout prix. Faire grandir de jeunes discus est un travail à temps plein pour ainsi dire.

Ne rien choisir d’autre que des poissons sub-adultes ou adultes pour une première expérience avec des discus, c’est à dire des poissons de 10-12cm sans la nageoire caudale.

Idéalement démarrer avec 6 à 8 spécimens minimums achetés tous au même endroit et au même moment, si l’on a une très grand cuve on peut monter aisément à un discus par 50l d’eau.

Encore plus idéalement se faire accompagner par un ami s’y connaissant un peu et connaissant des boutiques travaillant avec des fournisseurs reconnus.

Le discus est un poisson cher à entretenir et à faire pousser. Ce qui justifie principalement son prix. Les discus low-cost de bonne taille cachent bien souvent des tares autant les fuir comme la peste.

Comment choisir ses discus

Préférer les discus :

  • dont la morphologie se rapproche de celle d’un rond.
  • dont l’œil ne semble pas démesurément grand par rapport à la tête. (c’est une des manifestations les plus caractéristique chez eux d’un retard de croissance)
  • animés sans excès et dont la nage semble fluide
  • ont les nageoires qui bougent et qui les déploient
  • qui respire normalement (1 fois toute les 2 secondes hors nourrisage)
  • qui se nourrissent
  • ont un abdomen légèrement rebondi après le repas et plat sinon.

Eviter ceux qui :

  • ont la morphologie d’un scalaire
  • avec de gros yeux
  • léthargiques ou à contrario très speed
  • passent leur temps à contempler la vitre du fond de la cuve de vente (sauf s’il ventile une ponte)
  • respirent trop vite ou trop lentement
  • ont une ou plusieurs nageoires systématiquement plaquée(s) au corps
  • sont sombres
  • vivent à part
  • ne s’intéresse pas à la nourriture
  • ceux dont l’abdomen est creux (suspicion de parasite) ou hypergonlfé (suspicion de bactériose interne)
  • en promo sauf si c’est le seul critère de cette catégorie qu’ils remplissent
  • en VPC sauf si le fournisseur est irréprochable

Ne pas hésiter à aller plusieurs fois à la boutique histoire de voir leur évolution.

Enfin les Discus sont là

Deux alternatives se présentent:

La cuve est exempte de toute population

Mettre les poches en flottaison dans la cuve, les laisser une bonne heure le temps que l’équilibre des températures se fasse.

Ensuite percer des petits trous dans la poche (avec un tire bouchon par exemple) et mettre en communication les deux eaux.

Faire bien attention à ce que les poches ne se compriment pas sur les poissons.
Au bout d’une heure ouvrir les poches et libèrer les poissons.

La cuve est peuplée

Dans ce cas il est préférable de passer par la cuve d’acclimatation quelques temps.
Procéder comme plus haut mais dans la cuve d’acclimatation.

La densité de population dans cette si petite cuve peut troubler, mais en temporaire c’est tout à fait envisageable (ils étaient plus que probablement bien plus entassés avant d’arriver chez votre fournisseur).

Ensuite il faut « tester » la compatibilité des poissons de la cuve principale avec ceux de la cuve annexe en 4 étapes.

  1. Introduire un peu d’eau de la cuve principale dans la cuve annexe tous les jours (5% de la cuve annexe par exemple).
  2. Introduire un peu d’eau de la cuve annexe dans la cuve principale tous les jours (5% de la cuve annexe par exemple).
    Si tout se passe bien une à deux semaines durant passez au 3.
  3. Introduire un poisson de la cuve principale dans la cuve annexe (idéalement un poisson dont on pourrait se passer à terme).
  4. Introduire un poisson de la cuve annexe à la cuve principale (pas celui venant de la principale

Si tout se passe bien pendant une semaine vous pouvez libérer les discus dans la cuve principale.

Et ensuite

Il ne reste plus qu’à :

  • les nourrir
  • leurs assurer une bonne hygiène dans la cuve
  • en profiter

Pour tout ajout de nouvelles espèces et/ou remplacement, toujours passer par la cuve acclimatation et réitérer les étapes 1 à 4 décrites plus haut pour les nouveaux venus.

Cependant ,pour ceux qui souhaitent peupler une cuve principale avec des espèces sud américaine ou autre espèce d’eau douce, bien se renseigner sur leur origine avant (sauvage ou élevage).

Lire aussi : Un aquarium idéal pour Discus, Scalaires et Cichlidés nains

Pour les poissons sauvages s’approvisionner avec des poissons acclimatés à l’eau locale.

Eviter les poissons fraîchement importés et non acclimatés et pour les poissons d’élevage les choisir comme vos premiers discus.

Conclusion

En respectant ces quelques conseils il n’y a aucune raison pour que ça se passe mal avec les discus.

Mais si l’une de ces étapes au moins vous semble pénible ou contraignante autant vous consacrer à d’autres espèces. Vous trouverez forcement chaussure à votre pied.

Discus d’élevage: quelques conseils pour se lancer
noté 5 - 5 votes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here