Réalisation d’un bac récifal de type Nanorécif

0
76

Présentation

On regroupe à l’heure actuelle plusieurs types de bacs de moins de 200L sous ce terme générique. 

Toutefois il faut distinguer plusieurs catégories dans les nano : 

  • Les picorécifs : moins de 20L 
  • Les nanorécifs : de 20 à 40L 
  • Les microrécifs : de 40 à 200L 

Un nanorécif est un bac récifal, il comprend donc en majorité une population composée de coraux, mous ou durs, et d’invertébrés (crevettes, crabes, bernard l’hermitte, escargots…). 

Réalisation d'un bac récifal de type Nanorécif

Les poissons pouvant y être acclimatés sont rares et parfois difficiles à maintenir du fait même du petit volume du bac et de son autonomie réduite.

Réalisation 

Si un grand bac marin requiert de bonnes connaissances et un budget parfois conséquent, le nanorécif est moins honéreux, mais pas moins exigeant.

L’automatisation de ce genre de bac est coûteuse et parfois mal aisée, on peut s’en sortir en bricolant, c’est le bac de passionné par excellence et de débutant, mais pas seulement.

1 Le projet :

Avant tout de même de se lancer dans ce genre d’aventure il faut s’y préparer un minimum.

D’abord se demander ce que l’on veut pouvoir y mettre. Je vous arrête tout de suite, si vous voulez un poisson ange ou un poisson papillon, ce n’est pas la bonne route.

Mais vous rêvez d’un couple de crevettes nettoyeuse, de voir évoluer un couple de clwon dans leur anémone, alors oui vous avez choisi le bon projet.

Ensuite, demandez-vous quel budget vous avez ?

En tirant les prix vers le bas, en faisant les petites annonces, on peut avoir un bac opérationnel pour moins de 300€ en 60L.

2 Les petites astuces :

Acheter d’occase le matos qui ne nécessite pas d’être acheté neuf (ballast, rampe, écumeur, pompes…).

3 La lumière :

La lumière est très importante dans un bac récifal, plus que tout le reste.

  • Vous voulez un bac avec des coraux mous : pas besoin d’une trop forte lumière, vous pourrez vous équiper en T5 ou PL pour une somme relative (moins de 100€).
    Mais une HQI vous permettra de faire évoluer votre bac vers d’autres espèces.
  • Vous voulez des coraux durs : HQI obligatoire, idem si vous voulez une anémone, elles sont très demandeuses de lumière.

Sachez qu’il faut environ 1W par litre. Toutefois, par expérience, et même si c’est un peu cher, je recommande une puissance de 150W pour tout bac supérieur à 60L afin d’obtenir un rendu maximal.

N’oubliez pas non plus le tube actinique, cette jolie lumière bleue qui permet un réveil en douceur de vos animaux, mais aussi un rendu plus naturel.

4 Le sable :

Il existe plusieurs courants : le bare-bottom (fond nu), le jaubert ou le BSB (Deep Sand Bed).

  • Le bare-bottom consiste à ne pas mettre de sable du tout, c’est plus pratique pour éviter les zones de rétention de sédiments et le nettoyage mais cela ne permet pas de maintenir certaines espèces demandeuses de sables comme certaines ophiures, étoiles de mer, oursin et escargots.
  • Le jaubert est une combinaison de sable en lit de 5 à 6cm et de pierres vivantes. Il permet la colonisation du sable par des organismes comme des vers et des micro-ophiures de sables qui participent au bon fonctionnement du bac et au recyclage des déchets.
  • Le DSB : lit de sable profond n’est pas conseillé en pico ou nano parce qu’il prend toute la place de l’aquarium. En Microrécif, je n’en ai jamais entendu parlé, et je ne suis pas certaine qu’il soit très approprié.

Mon expérience : jaubert et ça marche pas trop mal, mais ça demande de contrôler le taux de nitrates et de phosphates très régulièrement et de faire attention au zone de sédimentations.

Réalisation d’un bac récifal de type Nanorécif
noté 5 - 1 vote

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here