Nouveau bac amazonien : du projet à la réalisation

0
77

Partir de zéro pour créer un bac de qualité. C’est possible si l’on prend la peine de se documenter et de demander l’avis de personnes qui savent.

Voici l’histoire de mon bac, de l’idée, en passant par la réalisation, l’achat du matériel, les plantes, l’attente et la population du bac. … Bonne Lecture …

Je veux un aquarium

Tout à commencé un beau matin lorsque ma fille de 7 ans m’a demandé un poisson rouge pour son anniversaire… Mouais… Ca a été ma première réaction sur le coup.

Mais bon, je me dis après tout, c’est pas bien dérangeant comme bestiole, ça coûte pas très cher et l’entretien est minime. Si ça lui fait plaisir, allons-y !

Je vais donc dans une animalerie où j’achête un bac de 25 litres, deux poissons rouges, du gravier, des pailettes et un sous marin qui fait office de filtre.

Et roule poupoule, je rince le sable, je mets une grotte en plastique, mon sous-marin, du conditionneur d’eau dans la flotte et en avant la bonne soupe, les deux poissons dedans !

Et là, succès garantit : grands yeux ouverts, toute contente, ma fille a enfin ses poissons, et papa, gros yeux tout aussi ouverts commence à se rendre compte que l’eau est très vite très sale, que le sous marin jaune devient tout noir et que le décor en plastique disparaît sous les algues de toutes sortes.

Aurais-je pêché par manque de connaissance du sujet… Qu’à cela ne tienne, je vais sur Internet pour vérifier et je googlise ‘Poissons rouges’… Résultats : je suis un bourreau, un inconscient, etc… Je vous reparlerai de ces poissons plus tard, et vous verrez qu’un bien meilleur sort les attends dans les jours qui viennent.

L’intéressant dans tout ça, c’est qu’en cherchant des infos sur internet pour mes poissons rouges, je suis tombé sur de nombreux sites tous très différents qui m’ont donné envie d’en savoir plus sur le sujet.

La phase d’hésitation : les recherches

Au début, je ne cherchais que des infos sur les poissons rouges.

Aquarium, filtre, entretien, etc. Mais voir tous ces gens passionnés parler de leur(s) bac(s) et poissons m’a donné envie de lire de plus en plus d’articles, puis d’acheter des livres, puis à me dire que ce serait vraiment intéressant d’entretenir des poissons dans un aquarium en essayant de recréer au plus près leur environnement.

J’ai dû lire des centaines de pages internet, de nombreux livres traitant des poissons, de l’eau, des algues, maladies, etc…

Je suis allé sur les sites marchands pour estimer le coût que serait un bac de 100 litres, 200 litres, 300 litres, etc.

Je suis allé dans les grandes enseignes pour regarder le matériel, essayer de mettre une image sur ce que j’avais lu avant sur les forums.

A quoi ressemble un filtre, qu’est-ce qu’un système d’injection de CO2, les chauffages…

C’est vrai qu’en lisant les articles, on ne se rend pas forcément compte de ce dont on parle physiquement. J’ai donc passé beaucoup de temps à regarder le matériel et essayer de comprendre comment cela pouvait fonctionner.

A plusieurs reprises, au fur et à mesure que l’envie montait, j’ai failli craquer et rentrer chez moi avec toute la panoplie, ou la commander sur internet sur un coup de tête.

Mais à chaque fois, une petite voix me disais : »es-tu sûr que ce n’est pas une envie passagère, un caprice d’adulte, un passe temps dont tu te lasseras vite ».

Il est vrai que lorsque l’on regarde les petites annonces, le nombre de bacs en vente ayant moins d’un an devrait nous inciter à réfléchir avant de se décider.

Bref, cela m’a pris plus de six mois avant de sauter le pas et enfin aller en animalerie dans le but d’enfin acheter le matériel que j’avais en tête et dont je connaissais alors chaque élément.

L’achat du matériel

aquarium amazonien (3)

C’est le grand jour.

Dans ma tête, toute une liste de matériel bien précis pour mener à bien mon projet.

Après des mois de réflexions, mon choix s’oriente vers un bac de 300 litres nets, un filtre Eheim professionel 3e 2076, un système d’injection au CO2 U403 de JBL avec l’automate de contrôle asservit au PH, un chauffage de 300 Watts, le tout équipé de 2 rampes de 2 T5, soit 2 tubes à 4100K et deux tubes à 9000K.

Je m’équipe aussi d’un osmoseur Dennerle 130 l/jours.

Comme je vous l’ai dit, j’ai déja tout de décor de mon aquarium en tête, donc j’achête aussi trois racines de Mopani, 40 kilos de sable de Loire et 15 litres de substrat pour les plantes.

Pourquoi 300 litres ?

Comme je vous l’ai dit, je me suis beaucoup documenté, et mes lectures m’ont orientées vers un grand bac car la stabilité des paramètres de l’eau est plus facilement contrôlable dans un grand volume.

De plus, l’investissement étant lourd, l’économie entre 120, 240 300 litres n’est pas énorme et puis si l’envie vous prend d’acheter un bac plus grand dans le futur, le matériel ne sera pas utilisable de toute façon car sous dimensionné.

Par ailleurs je me suis limité à 300 litres car la place aurait manqué chez moi.
Pour le modèle, je m’étais d’abords orienté vers un aquatlantis, mais on ne les trouve qu’en T8 ou alors à des prix complètement délirant.

J’ai donc opté pour un RIO 300 de chez Jewel duquel j’ai retiré la décante interne en suivant l’excellent tuto de jam-ice trouvé dans l’article d’aquabase. L’éclairage en T5 était donc fournit avec.

Par ailleurs, j’ai acheté deux programmateurs pour déclencher l’allumage des deux rampes de néons en décalé. Ainsi la lumière se fait progressive, les deux rampes s’allumant à 1/2 heure d’intervalle.

Pourquoi le filtre Eheim 2076 ?

C’est le filtre qui correspond le mieux à mes besoins en terme de débit et de facilité de maintenance.

Par ailleurs il est doté d’un tas de fonctions qui ne m’interresse pas, mais le débit est réglable par simple pression d’une touche et lorsqu’il est encrassé (perte de débit), une alarme vous prévient.

Maintenant, ce n’est certainement pas le moins cher et les JBLs sont sans doute aussi valables, mais voilà, c’est celui que j’avais étudié et qui m’avait été chaudement recommandé par des connaissances.

Donc n’ayant aucune expérience en matière de filtre, j’ai lu et écouté…

Pourquoi un chauffage de 300 Watts ?

Parcequ’il faut 1 Watt par litre. CQFD

Eau de conduite, eau osmosée ou les deux ?

Vaste sujet ! Je n’ai pas la prétention de refaire un cours la dessus, donc pour faire simple mon eau de conduite a un GH de 25° (50TH) et habitant près des champs, je subis une pollution des sols importante.

Donc j’ai opté pour l’achat d’un osmoseur 130 l/jour Dennerle avec l’intention de n’utiliser que de l’eau osmosée dans mon bac quitte à rajouter des sels minéraux si nécessaire.

Un système CO2, utile, pas utile ?

J’ai depuis le début dans ma tête un bac très bien planté.

Après lecture de nombreux forums, on peut dire que ce qui en ressort c’est que le CO2 a un effet énorme sur le bien être des plantes et que donc j’ai opté pour un système dans ce genre.

Ensuite, pour le maintien d’un bac amazonien, j’avais en tête un PH à 6.8 pour que les poissons se sentent comme chez eux. J’avais donc le choix entre plusieurs kit et j’ai opté pour le U403 de chez JBL avec une bouteille jetable.

Ce kit est utilisable avec des cuves jusque 500 litres et est équipé d’un automate qui coupe l’alimentation en CO2 lorsque le PH a atteint la valeur pré-réglée. Ce kit est très cher d’autant qu’il faut acheter la sonde PH à part (à remplacer tous les deux ans).

Mais dans mon cas il est indispensable d’avoir une régulation du CO2 car ne voulant utiliser que de l’eau osmosée le PH est capable de descendre très bas dans des valeurs extrèmes, ce qui serait fatal aux poissons.

Le sol

Je compte mettre 2cm d’épaisseur de substrat au fond du bac et de 5 à 7cm de sable de Loire par dessus.

Après de nombreux doutes et calculs sur les différents sites, dont celui-ci, j’opte pour 15 litres de substrat et 40 kilos de sable de Loire.

Il n’est pas évident de se rendre compte de la quantité de sable à acheter. De nombreux outils existent en ligne pour calculer le volume en fonction de la taille du bac.

Bref, je repars avec un caddy chargé à raz bords et un grand sourrire du vendeur de chez Truffaut… Pourvu que cela fonctionne comme je l’ai imaginé, pourvu que je ne me soit pas trompé, pourvu…

La mise en eau et les plantes

aquarium amazonien (1)

Ca y est, on peut maintenant dire que c’est le bordel dans la maison… J’ai tout en vrac au milieu du salon, aquarium, filtre, modes d’emplois, etc…

Première étape : Monter le meuble

Jewel / IKEA, même combat !

Deuxième étape, enlever la décante interne du RIO 300

Pour cela, je vous invite à suivre le tutorial de jam-ice sur ce site.

Pour ma part, cela m’a pris 1/2 heure pour enlever la décante en suivant le tuto, puis 45 minutes pour nettoyer avec du white spirit le silicone qui collait la décante au bac.

Attention à bien laver à l’eau claire après, sinon…

Troisième étape : Le sol

Je place le substrat au fond du bac sur à peu près 2 cm à raz de la vitre afin qu’on ne le voit pas lorsque l’aquarium sera en eau.

Je le tasse bien pour éliminer le maximum d’air à l’intérieur pour éviter que des gaz toxiques ne remontent lorsque les poissons seront là.

Ensuite, le travail fastidieux mais indispensable du rinçage du sable de Loire commence.

Cela m’a pris plus d’une heure pour avoir une eau de rinçage nickel en mettant un demi-sac à chaque fois dans le seau.

Ce que je fais moi, c’est que je remplis un demi seau avec du sable sur lequel je projette de l’eau avec le tuyau d’arrosage, débit maximum.

Cela remue bien le sable et toutes les saletés finissent par partir et l’eau devient de plus en plus claire au fur et à mesure qu’on la renouvelle dans le seau.

Une fois rincé, je mets le sable de Loire seau par seau dans l’aquarium directement sur le substrat.

A la fin de l’opération, j’arrive à avoir environ 5cm d’épaisseur de sable en face avant et 7cm à l’arrière de la cuve (j’ai suivi les conseils des différents sites afin de donner du relief à ma cuve).

Je place ensuite mes trois racines de Mopani à leur place définitive.

Quatrième étape : La mise en eau

Comme je n’utilise que de l’eau osmosée, ça va prendre un certain temps.

Aussi, comme je dois acheter des bidons pour faire le remplissage, j’en prends quatre de 20 litres chez Truffaut et je les remplis sur place.

Pour la suite, je mettrai deux jours pour remplir mon aqua en faisant mon eau moi même.

Premier problème : pendant le remplissage, je m’aperçoit qu’une de mes racines flotte. Je précise que j’ai fait tremper mes racines pendant deux jours complets dans la baignoire pour qu’elles crachent leurs tanins et qu’elles ne colorent pas trop l’eau.

Après de nombreux essais, j’ai finalement percé une grosse pierre plate que j’ai vissé au pied de la racine pour la lester. J’ai ensuite recouvert la tête de vis avec du silicone pour aquarium afin d’éviter la rouille.

Deuxième essai : La racine coule et la pierre est cachée, enfoncée dans le sable. Le remplissage se termine sans accroc.

Cinquième étape : Les plantes

J’ai décidé de ne mettre dans mon aquarium que des poissons et plantes originaires du biotope amazonien. J’ai fait ce choix en fonction de mes préférences et de la taille du bac que je pouvais installer chez moi. Libre à chacun de faire ce qu’il veut.

Je suis donc retourné chez Truffaut où je n’ai trouvé que quelques plantes que j’avais identifié. Finalement, j’ai opté pour un site en ligne spécialisé dans les plantes : Floraquatic.com.

Les prix sont très abordables, les plantes sont très bien conditionnées et j’ai eu toutes mes plantes en 48 Heures. Bref, rien à voir avec le maigre choix que l’on peut avoir dans les grandes enseignes et la qualité est vraiment au rendez-vous.

Les plantes de mon bac en plusieurs exemplaires:

  • Cabomba Aquatica
  • Cabomba Furcata
  • Echinodorus Bleheri
  • Echinodorus Tenellus
  • Limnophila Sessiliflora
  • Vallisneria Gigantea

Pour la plantation, j’ai suivi les conseils que j’avais glâné sur différents sites et forums.

Donc, en général lorsque l’on ramène ses plantes à la maison où lorsqu’on les reçoit, elles ont quasiment toutes leurs racines dans un petit pot en plastique rempli de mousse et de cailloux pour les lester dans les bacs de présentation.

J’ai donc coupé les pots au ciseaux (en faisant attention de ne pas abîmer la plante)car ils ne s’en vont pas tous seuls, puis j’ai retiré tout ce qu’il y avait dedans.

Il faut faire attention en retirant la mousse de ne pas arracher les racines, mais finalement, ce n’est pas si difficile à faire si on est un petit peu méticuleux.

Par ailleurs j’ai bien rincé les plantes et tout ce qui pouvait subsister comme gravier dans les racines est partit dans l’évier.

Pour chaque plante, j’ai coupé avec des ciseaux 1 cm de racines (indispensable selon plusieurs sites pour qu’elles se développent mieux et plus rapidement).

Ensuite, je me suis appliqué pour chaque plante à bien enfoncer les racines dans le substrat en les prenant du bout de mes doigts et en creusant doucement dans le sol. Pas d’inquiétude, si la couche de sable est assez épaisse, le substrat ne remonte pas du tout à la surface.

J’ai planté tout cela avec un très grand plaisir et cela m’a conforté dans mon envie de voir ce projet aboutir .

La phase d’attente : le cyclage du bac

aquarium amazonien (2)

Ca y est !

Si vous êtes comme moi et que vous avez lu la littérature sur la mise en eau d’un aquarium, vous savez que commence la phase la plus importante de la création d’un aquarium et pourtant la phase la plus longue et que tout aquariophile tente de raccourcir : Le cyclage du bac.

Je ne compte pas résumer cela car d’autres l’on déja très bien fait avant moi. J’ai donc mis dans mon bac des bactéries pour démarrer le cycle et pour ma part, au lieu des trois semaines minimum, j’ai attendu deux mois avant de mettre le moindre poisson dans mon bac.

J’ai d’ailleurs régulièrement testé mon eau sans jamais constater le pic de nitrite tant attendu. Il a du passer très rapidement et beaucoup d’autres aquariophiles ont d’ailleurs eu la même expérience.

Pendant ce temps d’attente, mon bac a été envahit par tout un tas d’algues différentes.

Des algues filamenteuses vertes, des algues brunes ont tapissé les feuilles de certaines plantes et toutes mes racines ont été recouverte d’un duvet d’algues d’environ deux centimètres.

Toutes ces algues ont persisté pendant environ 6 semaines en changeant d’aspect, en disparaissant, puis revenant en l’espace d’une nuit.

Au bout de six semaines, j’ai réduit la durée d’éclairage à 10 heures au lieu de 11 et les algues vertes filamenteuses ont disparues complètement.

Ensuite, j’ai remarqué que les algues brunes étaient présentes en masses dans les tuyaux du filtre.

J’ai donc nettoyé ces tuyaux qui étaient devenus tout noir avec un goupillon jusqu’à enlever la moindre micro trace d’algue sur leur paroie. Suite à cette opération, toutes les algues brunes de l’aquarium ont disparu et ne sont jamais réapparues dans les tuyaux.

Pendant les deux dernières semaines de ces deux mois de cyclage, plus d’algues brunes dans le bac et seules quelques petites algues vertes subsistent vers la surface de l’eau près de la lumière.

Le taux de nitrite est à 0, celui des nitrates est quasi-nul lui aussi, la température est à 28°C, le PH est régulé et oscille entre 6.8 et 6.9.

J’ai aussi monitoré le taux de phosphates pour être sûr que les différentes algues n’en étaient pas une conséquence, mais celui ci est parfait !

Bref, au terme de ces deux mois de cyclage, je considère les paramètres de mon eau comme étant parfaits la qualifiant donc pour recevoir mes poissons.

L’eau est colorée jaune à cause des racines car même avec un ‘trempage intensif’ il est très difficile de supprimer tous les tanins.

De plus, cela limite le stress des poissons. Je laisse donc comme cela et filtrerai sur charbon actif plus tard pour éventuellement éliminer la coloration qui plaît aux puristes et que je ne suis pas sur de vouloir garder à long terme.

En avant pour les poissons !!!

La phase tant attendue : les poissons

aquarium amazonien (4)

Cette fois c’est la bonne !

C’est partit, direction mon petit marchand de poissons deux rues derrière chez moi

Pour choisir mes variétés de poissons, j’ai lu énormément de choses sur leur comportement, leurs affinités, etc…

Beaucoup de choses intéressantes sur les forums de ce site entre autres mon aidés à faires mes choix.

Semaine 1 :
7 Corydoras Sterbaï que j’ai appris à aimer en lisant les articles de Lorca, y compris sur son site aqualorca.
21 petits néons

Semaine 2 :
11 poissons hachettes Carnegellia Strigata
3 tétras fantomes noirs
4 ottocinclus affinis qui se régaleront des petites algues sur les feuilles des plantes.

Semaine 3 :
5 ramirézi. Je voulais prendre un couple formé mais je n’en ai pas trouvé. Je vais donc laisser faire la nature sachant que le bac est assez grand pour leur assurer une certaine territorialité.

Pour les puristes, s’agissant du démarrage du bac je n’ai pas respecté la période de quarantaine lors de l’insertion de nouveaux poissons. Ma population étant maintenant complète, je le ferai certainement dans le futur pour éviter tout problème de maladie.

Lorsque j’insère mes poissons dans le bac, je laisse tremper le sac de l’animalerie pendant 45 min, puis je mets de l’eau du bac dedans et je laisse encore tremper 45 min. Enfin, je mets les poissons dans le bac sans mettre une goutte de l’eau venant de l’animalerie dans l’aquarium.

Je change environ 10-15% de l’eau par semaine et aujourd’hui, semaine 6 tout se passe à merveille. Les nitrates sont toujours quasi nuls et je n’ai pas d’apparition d’algue quelle qu’elle soit.

Les erreurs commises ou les choses que je ferais différemment

Il est bien évident que même si l’on croît avoir approfondi le sujet et être sûr de ses choix, il y a toujours des choses dont on se rend compte que l’on aurait pu faire autrement.

Le sol :

J’aurais dû mettre plus de sable de Loire (environ 10kgs de plus) car finallement la pente que j’avais essayé de créer de l’arrière vers l’avant a finit par disparaître suite aux manipulations sur les plantes et décors lors de l’installation du bac. Pas de soucis, le résultat esthétique est très correct, mais aurait pu être encore mieux.

Mise en place du décor et plantes :

Mes plantes sont plantées trop près du bord.

Esthétiquement, c’est très joli, mais pratiquement, le nettoyage des vitres est un peu compliqué sur les côtés de l’aqua et le risque d’abimer les plantes avec la raclette est grand.

La prochaine fois je prévoirai deux ou trois cm entre les vitres et les plantes.

Ensuite, lorsque vous agencez votre aqua, pensez à l’entretien…

Pour ma part, il ne m’est pas facile d’accéder à l’arrière du bac pour nettoyer le sable. Celui-ci se couvre normalement d’ailleurs de toutes sortes de débris végétaux (algues mortes, etc…) et organiques et si un visiteur ne remarquera surement pas le soucis, vous ne verrez que cela au jour le jour .

Les Escargots :

Quand vous installez vos nouvelles plantes, même si le rinçage est efficace, vous verrez que vous n’échapperez pas à la présence d’escargots dans votre bac.

Au début, j’en ai repéré un gros que je trouvais rigolo et que j’ai laissé dans le bac (n’ayant pas de poissons pendant deux mois, c’était toujours sympa d’avoir une petite bête à regarder…).

Ensuite, vous verrez de toutes petites tâches blanches (moins d’un mm) sur les vitres que vous finirez par identifier comme étant des bébés escargots.

Je dis : ATTENTION, si vous les laissez comme moi proliférer, vous en serez littéralement envahit.

Cela dit, il est vrai que depuis que j’ai les poissons, les escargots sont délogés par les Ramirézi et j’ai l’impression d’en avoir beaucoup moins.

Les plantes :

Je me suis un peu enflamé sur la quantité de plantes à mettre dans l’aquarium.

En effet, lorsqu’on les achète, on ne se rend pas forcément compte de la vitesse à laquelle elles grossissent et de la taille qu’elles vont finir par atteindre.

Pour ma part, je pense en avoir acheté 30% de trop.

J’en ai enlevé beaucoup et maintenant le résultat est beaucoup plus esthétique. Cela dit, je pense que le CO2 et un bon sol nutritif ont beaucoup contribué à cette croissance éclair.

Les racines :

Quand on lit les différents forums, il est clair que l’ajout d’une racine va colorer l’eau de l’aqua.

Si la racine est petite, faîtes la bouillir, et si elle est trop grande, faîtes la tremper.

Dans mon cas, j’ai fait tremper la plus grande deux jours complets dans l’eau chaude de la baignoire (vous devez d’ailleurs avoir un conjoint compréhensif car c’est un spectacle assez étrange !).

Au début l’eau de la baignoire était noire, puis petit à petit, à chaque nouveau bain, la coloration a disparu… Et bien non !

Alors clairement, mon eau est colorée jaune (très transparente, mais jaune).

Le charbon actif que j’ai mis dans le filtre aide, mais je pense que la coloration ne partira qu’après de nombreux changements d’eau.

Le rendu me plaît finalement, mais il est clair que cela n’était pas mon idée de départ, alors attention, si vous ne voulez absolument pas d’eau jaune, mettez peut-être des racines plus petites que vous ferez bouillir.

Le matériel d’entretien pour l’aqua et les plantes :

J’ai acheté une pince à planter et une raclette/mousse pour nettoyer les vitres. J’ai pris du matériel en plastique pas cher en me disant que cela irai très bien.

En fait, ce que j’ai acheté est quasi inutilisable car peu solide et pas pratique. Donc mon conseil : avant d’acheter des petits outils de ce genre, essayez les !

Faute de quoi vous allez comme moi en racheter des plus chers de toute façon.

L’osmoseur :

Prendre un osmoseur 130 l/jour était une erreur. Il me faut environ 3 heures et demi pour remplir un bidon de 20 litres.

Je ne m’étais pas rendu compte de ce facteur temps avant l’achat, sinon j’aurais sans hésiter pris un osmoseur avec un plus grand débit, d’autant que les différences de prix n’étaient pas énormes.

La filtration :

Attention de bien prendre en compte dans votre budget les masses et mousses de filtration pour votre filtre car elles ne sont pas livrées avec.

Dans mon cas, je peux mettre dans mon filtre 3 x 2 litres de masses diverses. Quand on voit qu’un paquet de deux litres peût coûter jusque 45 euro…

Je ne pense pas que cette liste soit exhaustive, et je trouverai sans doute dans le futur d’autres points que j’aurais dû améliorer.
L’expérience aidera !

Et les poissons rouges dans tout ça ?

Et bien les poissons rouges se portent à merveille et ont beaucoup grossis.

Dans un premier temps, le sous-marin jaune a été remplacé par un vrai filtre et l’eau est changée pour moitié toutes les semaines.

Je vais leur acheter un bac de 60 litres qui même si il reste trop petit pour eux, sera quand même plus adapté.

Quelques plantes d’eau froide et un sol convenable devraient aussi aider à la propreté de l’eau et à leur bien être.

On répare nos erreurs comme on peut .

Bonne journée à tous et merci de m’avoir lu .

Recapitulatif de la population

4 mois après la mise en eau, la population de l’aquarium se compose de :

Corydoras sterbaï : 7 individus .
Je les ai acheté dans deux endroits différents pour avoir deux souches distinctes. Je n’ai subit aucune perte sur ces poissons et ils ont été les premiers habitants de mon bac.

Néons : 17 individus .
Je les ai acheté en deux fois le même jour dans deux magasins différents. Je les ai insérés en même temps que les corydoras. J’ai perdu 4 de ces poissons les trois premiers jours. Depuis, plus une perte.

Poissons hachettes Carnegellia Strigata : 7 individus .
J’ai acheté ces 11 poissons la semaine d’après dans deux magasins différents (7+4). J’en ai perdu quatre dans la semaine qui a suivi et les quatres venaient du même endroit. Depuis, plus de perte.

Tétras fantomes noirs : 3 individus .
J’ai pris deux males et une femelle. J’avais l’intention d’en prendre plus pour en faire un banc mais ce jour là il n’y en avait pas dans le deuxième magasin. Depuis je n’ai pas augmenté la population de ce poisson. Cela dit leurs comportements me font penser qu’ils se plaisent à merveille dans ce bac. Je n’ai subit aucune perte de ce poisson.

Ramirézi : 5 individus .
Ces poissons sont vraiment fantastiques. ils se sont appropriés des zones de l’aquarium et y font régner l’ordre. Un couple s’est formé et je pense pondra un de ces jours. J’ai deux mâles et trois femelles (coup de chance car achetés petits je ne pouvais pas déterminer leur sexe). Pas de perte pour ces poissons.

Ottocinclus affinis : 4 individus .
J’ai acheté ces quatres poissons au même endroit et ils vivent leur vie dans l’aqua sans se soucier des autres. Ils se régalent des petites algues qu’ils trouvent sur les plantes. Pas de perte sur ces poissons.

Rajout datant d’un mois :

Tétras fantomes rouges : 7 individus .
Ces sept poissons évoluent en banc dans l’aqua et viennent de deux sources différentes. Il y a 4 femelles et trois mâles qui passent leur temps à parader dans l’aquarium. Aucune perte à déplorer.

Scalaires : 3 individus .
J’ai pris trois scalaires pour avoir un complément dans l’aqua. Ils en sont les plus gros poissons et occupent toute la surface du bac. Un problème à noter : j’ai un couple qui s’est formé et qui est en pleine santé. Le troisième souffre de nanisme. Etant seul et dominé par le couple il ne grandit pas. Il est en très bonne santé mais ne grossit pas. La solution serait de lui rajouter un conjoint, mais le bac ne supporterait pas un scalaire en plus. Cela ferait beaucoup. Alors je vais peut-être l’isoler pour qu’il grossisse et le remettre après. A suivre.

En résumé, tout le monde se porte bien et les pertes que j’ai eu semblent liées à une mauvaise souche des poissons introduits.

Spécialement pour les hachettes dont les 4 qui sont morts venaient tous de la même grosse animalerie.

J’ajoute que je n’ai eu aucune perte de poisson venant de la petite animalerie derrière chez moi à Othis (77).

Ils sont un peu plus chers mais il y a peut-être une raison .

De plus la qualification de ces gens ainsi que leur passion semblent être bien réelles. C’est assez rare pour que cela vaille la peine d’être précisé !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here