Expérience dans la reproduction des Apistogramma cacatuoides

1
444

la reproduction des Apistogramma cacatuoides

Les Apistogramma cacatuoides sont, en dehors des Mikrogeophagus ramirezi, les cichlidés nains d’Amérique du Sud les plus répandus dans nos bacs.

La reproduction de ces poissons est une chose aisée qui nécessite uniquement une eau moyennement douce, propre et beaucoup d’attention.

Je vous décris, au sein de cet article, le déroulement des opérations depuis l’achat du couple reproducteur jusqu’au deuxième mois après la naissance.

Ceci est une expérience personnelle qui n’à aucune prétention de vouloir généraliser la reproduction de ces poissons.

Contenu

Achat des poissons

J’ai tout de suite été fasciné par ces poissons sachant que le volume de mes bacs ne me permettait pas d’avoir de gros poissons.

Après avoir possédé des characidés de toutes sorte, je décidais d’avoir un couple de poissons phares dans mon petit aquarium de 54 litres.

Je me rendis dans un magasin pour faire mon choix et j’ai eu un coup de foudre immédiat pour ce poisson que j’ai vu avec des nageoires noire et orange de toute sorte.

J’ai décidé de l’acheter avec une femelle qui ne me plaisait pas trop au début, sachant que sa couleur jaune pâle et sa petite taille, contrairement au mâle, me laissaient perplexe.

Mise en eau et matériel

Le vendeur m’avait juste précisé qu’il leur fallait une cachette pour vivre. Je suis passé acheter une noix de coco que j’ai mis 2 heures à la façonner de sorte d’obtenir cette cachette.

La noix de coco doit être vidée puis coupée et on doit conserver les 2/3 supérieurs afin de créer la grotte.

J’ai créé 3 orifices au niveau de la face supérieure afin que le courant passe à l’intérieur pour que la température de l’eau soit égale à l’intérieure et à l’extérieure de la grotte.

J’ai fais bouillir le produit final pendant une heure puis j’ai brossé, brossé et re-brossé et taillé, taillé et re-taillé la face externe de la noix au couteau et je l’ai fais rebouillir pendant une heure .

Quelle déception, quand je me suis rendu compte que mon couple ne portait aucun intérêt à leur maison. Pas moyen d’y entrer même avec un comprimé à l’intérieur !

Je savais que ces poissons pouvait se reproduire mais la reproduction ne m’intéressait pas sachant que le volume de mon bac était restreint.

Au bout de 3 jours après l’achat, je me suis rendu compte que je ne voyais plus la femelle ! Apres avoir cherché partout et même retiré la noix de coco, j’ai cru qu’elle était morte puis mangée par le mâle qui lui était présent et passait son temps à pourchasser mes ramirezis. Rien de plus normal pour un cichlidé .

Naisssance des alevins

Il y avait dans mon bac, une racine de bois synthétique avec un orifice minuscule à l’arrière que je n’avais pas remarqué.

Au bout de 5 jours, j’ai vu la femelle resurgir avec des couleurs magnifiques (jaune vif avec une bande noire) puis attaquer tout ce qui bouge autour de la racine y compris ce gros mâle.

Par chance, cette période correspondait avec l’achat d’un nouveau bac de 120 litres dans lequel je transférais progressivement les occupants du 54 litres.

Les cacatuoides et les cardinalis que je considérais comme fragiles étaient les derniers à rester dans le 54 litres et ces pauvres characidés restaient à l’opposé du bac où se trouvait la racine.

Trois jours après la réapparition de la femelle, à l’allumage du bac, j’ai vécu ce qu’il reste comme étant le plus beau jour de ma vie d’aquariophilie : ma femelle et environ 60 tétards autour d’elle !

Je me suis empressé de transférer les 12 cardinalis (Paracheirodon axelrodi)(ce qui m’a pris 2 heures et 2 litres de sueur) et d’acheter des comprimés d’Infusyl pour nourrir les petits.

Les paramètres étaient alors de : GH 10, KH 8, pH 7.5 et NO2- 0.

Tout ceci me laisse penser que le pH n’a pas une importance primordiale dans la reproduction des cacatuoides. Mes deux spécimens devaient être des poissons d’élevages habitués aux paramètres courants et non extrême des rivières amazoniennes.

Vie des alevins

Après une semaine où seul le couple et ses alevins restaient dans le bac, j’ai commencé par les nourrir avec des nauplies d’artémias en ajoutant de la mousse de Java pour créer des cachettes.

C’est là que j’ai appris les joies de dormir avec un bulleur en marche et que mon amie a commencé à me prendre pour un fou fini.

Le seul problème c’est que le nombre d’alevins diminuait progressivement et qu’a mon sens, il en restait plus qu’une vingtaine au bout de 3 semaines.

A ce moment là, les parents commencent à pourchasser les alevins et j’ai dû les retirer du bac.

Lors de cette première portée, j’ai conservé 13 alevins Apistogramma cacatuoides et j’en ai conservé 7 dans le grand bac où je les introduis 1 mois après leur naissance ; date à laquelle ils peuvent se nourrir de vers de vase. C’est un spectacle que de voir ces petits alevins se battre contre une proie qui fait leur taille !

A deux mois de la naissance, la reconnaissance entre mâles et femelles est aisée : les alevins qui font deux fois la taille des autres sont des mâles. De plus, les nageoires pelviennes des femelles sont tachetées de noir alors que celles des mâles sont blanches.

Ma femelle a eu trois autres portées depuis dans le grand bac avec à chaque fois une parade nuptiale où elle se penche en oblique devant le mâle qui lui, grandit ses nageoires et fait une « danse » saccadée.

Aucun alevin n’a survécu sachant qu’au bout de 3 semaines, où la femelle ne prend plus soin de la ponte, où les autres habitants de l’aquarium se régalent.

Conclusion

En conclusion, la reproduction des Apistogramma cacatuoides est une chose aisée qui nécessite une eau moyennement douce.

Il est cependant indispensable d’isoler le couple dans un bac propre. Pondeurs sur substrat caché, ils ont besoin d’une grotte où la femelle dépose les oeufs au sommet, à l’abri.

Le mâle surveille le territoire et s’attaque à tous les occupants de la même espèce mais laisse les autres tranquilles. La femelle prend soin de la ponte.

Expérience dans la reproduction des Apistogramma cacatuoides
noté 5 - 2 votes

1 COMMENTAIRE

  1. oui super article
    c’est comme un reve la naissance d’alevins j’ai pour ma part eu des alevins de pelmatocromis kribensis et c’est vraiment genial de voir le couple s’occupe de ses alevins, je vien de me rememorer cette experience a travers cet article merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here