Determination des espèces du genre Syncrossus (Botia hymenophysa)

0
521

Aide à la détermination dans le genre Syncrossus ou les noms d’espèces données par les importateurs et les auteurs comportent depuis de nombreuses années des confusions importantes d’autant que le genre a été révisé et que de nouvelles espèces ont été décrites.

Syncrossus berdmorei
Syncrossus berdmorei

Historique du genre

Il s’agit de caractères simples et visuels uniquement.

Les loches épineuses tigrées du genre Syncrossus présentent les caractères suivants qui les distinguent des autres Botias :

Loches de tailles moyennes (5 à 15 cm), présentant un profil plus aigu et moins obtus que les autres Botias et une livrée rayée de gris plus ou moins sombre sur un fond sable à beige.

Le profil et les rayures verticales, toujours présentes, sont des caractères qui permettent une reconnaissance immédiate.

Accessoirement les poissons peuvent présenter suivant les espèces, leur âge et leur état de santé des teintes rouges, oranges ou jaunes sur un certain nombre de nageoires.

Ce dernier trait ne peut pas être utilisé pour la détermination au vue de la variabilité au sein d’une même espèce.

Critères simples

A – Absence de ponctuation sur le corps. S. hymenophysa et S. reversa. Voir 1,2,3 et 4

B – Ponctuation sur le ventre et les flancs uniquement et limitée à la zone de l’abdomen. Pas de tache noire sur la dorsale mais des rayures formée par des lignes de points présents sur les rayons. La ponctuation est allongée verticalement. S. helodes voir 5

C – Ponctuation sur le corps n’étant pas limité à la zone de l’abdomen. Ponctuation fine : la taille des points est inférieure au diamètre de la pupille (à l’exception des points qui se rejoignent en lignes continue). Tache noire très distincte sur l’avant supérieur de la dorsale. S. beaufordi. voir 6 confusion possible avec berdmorei

D – Ponctuation sur la partie antérieure du corps seulement. Le corps est dépourvu de points depuis le premier rayon de la nageoire pelvienne jusqu’au dernier rayon de la nageoire anale (les points peuvent être de nouveau présent entre le dernier rayon de l’anale et la queue. Les points sont assez gros et atteignent le diamètre de la pupille. Au dessus de la ligne latérale la ponctuation prend une forme allongée horizontalement. S. berdmorei voir 7.

1- Syncrossus hymenophysa

Une tache noire bien distincte est présente sur la partie avant supérieure de la dorsale. Les rayures verticales sont au nombre de 12 à 15 (ne compter que celles du corps). Elles sont toutes régulières sauf celle du pédoncule caudale qui peut présenter 2 renflements. Les bandes verticales sont plus claires au centre et sont bordées sur leurs contours. (critère essentiel). Les angles de la nageoire dorsale sont plus aigus que chez helodes. Les bandes verticales descendent généralement sous le ventre à partir des pelviennes jusqu’à la queue.

2- Syncrossus reversa

Le paterne de Reversa ressemble à celui de hymenophysa mais inversé d’où son nom.

La distinction est délicate lorsqu’on a pas l’habitude. reversa et hymenophysa son originaire du même bassin fluvial mais Reversa (décrite en 1989 par Roberts) n’occupe que la partie des eaux rapides de moyenne altitude tandis que hymenophysa n’est présente que dans les zones calmes et de basse altitude.

La coloration de base de reversa est plus olive et moins sable.

La distinction se fait sur la largeur des bandes claires et sombres (12 à 13 chez reversa). Chez Reversa les bandes sombres et leur bordures sont légèrement plus large que les bandes claires.

Chez hymenophysa c’est le contraire. La tête semble légèrement plus obtuse que chez les autres espèces du genre

3- Sous espèce de berdmorei en cours de description

Absence de ponctuation.

Environ 12 bandes parfois discontinues et généralement irrégulières en largeur avec semble-t-il une alternance de bandes plus fines et de bandes plus larges.

De toutes les espèces, apparait comme celle ayant une robe vraiment tigrée. (a ne pas confondre avec les marbrures du paterne de Botia Lohacata très distincte de berdmorei par l’absence singulière de ponctuation.

Pas de données précises sur cette espèce. Pourrait se trouver importée accidentellement par changement des zones de pêche.

4- Espèce nouvellement importée et indéterminée

Très jolie espèce originaire du Laos en cours de description atteignant 15 cm et avec des rayures plus irrégulières que les autres espèces et un paterne sable teinté de jaune citron sur le dos et les nageoires.

Très agressives. Quelques spécimens commencent à être importés.

L’espèce est apparue en aquariophilie au USA aux yeux des passionnés qui se sont interrogés sur sa détermination en 2007 seulement. En attente d’informations complémentaires.

5- Syncrossus helodes

Pas de tache noire sur la dorsale mais des séries de points présents sur les rayons, de forme généralement rectangulaires et qui s’alignent pour dessiner des rayures sur la nageoires.

Présence de rayures visibles sur pelviennes et anale. 10 à 11 bandes verticales à peu prés uniformes. S’estompant sur l’abdomen (zone de ponctuation) Rayures sur la tête s’orientant en oblique.

6- Syncrossus beaufordi

La ponctuation est fine et dense en forme de points et de petits traits fins, souvent présente sur les opercules.

La ponctuation est présente sur les flancs depuis de ventre et sur le dos, s’étend en arrière des pelviennes.

Vers la tête et sur le tiers supérieur du corps les points se rejoignent pour former des lignes fines plus ou moins horizontales qui peuvent ou non être présente sur les opercules.

Attention à la grande variabilité de ces ponctuations et aux spécimens clairs (jeunes) Une tache noire est clairement visible sur le haut et l’avant de la nageoire dorsale.

Cette tache couvre environ 1/10° à 1/15° de la surface de la nageoire. Souvent confondue, y compris dans de nombreux ouvrage avec S. berdmorei.

L’étude des lieux de pêche a permis de lever le doute. berdmorei est présente dans le nord de la Birmanie, c’est à dire de zones où la pêche à des fins d’exportation n’est que très récente. Les pêcheries de Thaïlande ne pouvaient donc pas en importer.

7- Syncrossus berdmorei

La ponctuation est plus forte que pour beaufordi. Les points peuvent atteindre le diamètre de la pupille ou plus.

La ponctuation est variable, de forme ronde, ou plus particulièrement vers les flancs ou elle est en forme de traits horizontaux (au dessus de la ligne latérale).

Les opercules peuvent-êtres tachetés exceptionnellement de points mais généralement ce n’est pas le cas.

Les taches sont absentes des flancs à partir de la cinquième rayure verticale (départ des pelviennes) jusqu’à l’anale ou ils peuvent réapparaître en amont de la rayure du pédoncule caudale.(cette absence locale de ponctuation est le critère de détermination visuel le plus sûr entre berdmorei et beaufordi).

Sur le dos les tâches en forme de ligne laissent place à des marques noires assez larges (taille de l’oeil et plus) et de formes floues qui s’estompent en se noyant dans les rayures.

Une tache noire est présente sur le bord antérieur et supérieur de la dorsale mais sans être clairement marquée et ressemble à la jonction des taches présentes sur la dorsale.

Determination des espèces du genre Syncrossus (Botia hymenophysa)
noté 5 - 1 vote

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here